NicosFly présente
L'Aventure de la Restauration

Réfection des amortisseurs à bras de Peugeot 203

Dans le cadre de la restauration d'une Peugeot 203 A berline luxe datant de 1950, j'ai entrepris la réfection complète des amortisseurs à bras après avoir constaté que l'un d'entre eux fuyait.

La première étape a donc été de les démonter du train avant [photo 1], puis de les démonter entièrement [photo 2], ce qui m'a permis du même coup de comprendre le fonctionnement de ce type d'amortisseur.

Après vidange de l'huile (quand il en reste dedans bien sur !!), il faut retirer les chapeaux latéraux (ceux comportant cinq trous). Pour ma part, il a fallu chauffer au chalumeau pour pouvoir les dévisser. Retirer ensuite les coupelles faisant étanchéité (avec ou sans joint !). On accède alors à la partie supérieure des pistons. Le démontage de ces derniers se fait sans problème particulier. Il faut dévisser le boulon ou l'écrou suivant le modèle de vos pistons (on y reviendra), et récupérer les rondelles et ressorts. On peut ensuite passer à l'axe des bras. Commencer par enlever le bras bloqué par un écrou (pour un amortisseur avant), après avoir enlevé l'articulation élastique et la vis de blocage à l'extrémité du bras, puis l'arrêt de roulement. Pour retirer ce dernier, bloquer le corps de l'amortisseur dans un étau, et taper sur l'axe, après avoir retiré la bague métallique de l'autre côté. Cela permet de libérer le cylindre situé entre le roulement et la came de poussée des pistons. On peut alors extraire le roulement.

Une partie de plaisir s'annonce ensuite, dans la libération de la came, située sur un axe cannelé. Une fois qu'elle est sortie (facile à dire, mais…), dégager l'axe du corps de l'amortisseur. Il reste à enlever le roulement situé à côté du bras d'amortisseur soudé à l'axe à l'aide d'un arrache-roulement.

amortisseur 203
1 - train avant d'une 203
amortisseur 203
2 - démontage intégral
 

Une fois le démontage terminé, on peut récupérer les références des roulements à changer : réf. SKF 6204 et 6303 (pour 1 amortisseur). Je vous donne ici les références relatives à mes amortisseurs, vérifier sur les votres, on ne sait jamais… Pour compléter le "kit de réparation", il faut aussi se procurer les joints spi (dimensions 25×47×6) et les joints toriques (dimensions 17×2.5) à placer dans l'échancrure du bras d'amortisseur avant ne comportant pas l'axe cannelé. Il faut aussi se procurer les amortisseurs élastiques à la bonne dimension (12×30×30×24 pour les amortisseurs arrières, et 12×25×40×44 pour les amortisseurs avants). Contrairement à l'origine, les roulements que j'ai monté sont étanches. Cela limitera d'autant les risques de fuite.

On peut alors commencer les opérations de nettoyage consistant en un sablage des bras et de l'extérieur des corps d'amortisseurs [photo 3], ainsi qu'en un dégrai(cra)ssage des pièces internes. À noter à ce sujet qu'il existe (au moins - je suis preneur de toutes les infos à ce sujet) deux types de pistons d'amortisseur [photo 4] : 1 ou 3 gorges, avec ou sans segment, butée de came vissée ou moulée, etc.

Une fois les corps et les bras d'amortisseur sablés, je les ai peint à l'époxy noire de chez Restom (EAF 2090), tout comme les fonds de corps d'amortisseur et les écrous de serrage de fond. Comme des segments de pistons étaient grippés dans leur gorge et ont cassé lors de mes tentatives pour les extraire, j'ai du en refaire faire deux exemplaires (ø46×3) en passant par le réseau Moteur Service. À ce stade des opérations, on est en possession de toutes les pièces reconditionnées ou neuves [photo 5].

amortisseur 203
3 - corps d'amortisseur sablé
amortisseur 203
4 - pistons
amortisseur 203
5 - pièces d'amortisseur reconditionnées et neuves
 

Le remontage peut alors commencer. Il faut en premier lieu insérer le roulement supportant l'axe cannelé, puis la rondelle métallique, le joint spi et la dernière rondelle métallique (Attention pour ces rondelles, le diamètre intérieur est différent, autorisant ou non le passage de cette rondelle à la base de l'axe cannelé). On bloque le tout avec le circlips (?) qui vient en position dans la gorge existant dans le corps d'amortisseur. Il faut alors introduire l'axe cannelé, l'un des paliers puis la came, en tenant compte du repère effectué au pointeau lors du démontage pour retrouver la bonne inclinaison du bras [image 6]. Il faut bien évidemment remettre cette came dans le bon sens !! On enfonce alors alternativement la came sur l'axe et l'axe cannelé dans le roulement. On insére ensuite le deuxième palier d'écartement, puis le deuxième roulement de l'autre côté du corps. La suite du montage se différencie selon que l'on considère un amortisseur arrière (rondelle métallique, écrou de blocage, fond de corps puis écrou de serrage de fond) ou avant (rondelle métallique, joint spi, rondelle métallique, deuxième bras avec son joint torique à la base, et écrou de serrage). L'ordre des pièces pour attaquer cette première partie du remontage est indiqué sur l'image 7 (sur laquelle d'ailleurs il manque une rondelle métallique à côté de l'écrou de serrage…faut que je parle sérieusement avec mon photographe ! ).

La seconde partie du remontage s'intéresse aux pistons ainsi qu'aux différentes (et nombreuses) pièces se plaçant dans ces mêmes pistons, et qui assurent les fonctions de chicanes pour l'huile, d'où le phénomène d'amortissement…Si vous avez pris la peine de faire un croquis lors du démontage de ces pièces, cette opération se révèle très simple. Pour assurer un montage correct, toutes les pièces sont huilées avant d'être mises en place.

amortisseur 203
6 - repère sur la came et l'axe
amortisseur 203
7 - disposition des pièces pour le remontage
 

Ensuite, on ferme les cylindres. Pour ma part, n'ayant pu trouver de joints pour les fonds de corps d'amortisseur, j'ai utilisé de l'Autojoint bleu de Loctite pour l'étanchéité. Le remplissage des amortisseurs a été réalisé avec de l'huile pour fourche de moto (dans mon cas, Motul Fork Oil Expert medium 10W). Un débat existe quant à la qualité de l'huile à utiliser. Pour ma part, je pense que le principe de fonctionnement de ces amortisseurs à bras et des fourches pour moto est assez similaire. On verra bien à l'usage…Pendant le remplissage, il ne faut pas hésiter à actionner les bras. Cela est très facile, puis à partir d'une certaine quantité d'huile, cela devient beaucoup plus dur. L'amortissement est en route. Il faut continuer à actionner les bras jusqu'à ce qu'il n'y ait plus aucune bulle d'air qui remonte à la surface. On peut alors replacer le bouchon, avec son joint métalloplastique, acheté pour ma part chez NéoRétro (cher, si vous connaissez d'autres adresses…). Les amortisseurs sont maintenant remontés [image 8], prêts à réintégrer les trains avant et arrière.

amortisseur 203
8 - les amortisseurs remontés
 

N'hésitez pas à vos questions ou remarques.

Nicolas Guiblin
 
581837 visiteurs
© & les Restaurateurs :: 2005 - 2018Page actualisée le 04/06/2006
XHTML 1.1  CSS 2