NicosFly présente
Guimbretière TYPE G87

Cette moto qui dormait depuis plusieurs décennies au fond de la cave de l'oncle d'un de mes amis est arrivée dans ses mains lors du décès de ce dernier. Ayant récupéré la moto plus par curiosité que par envie de la restaurer, et de par son état carosserie rouillée, moteur incertain, pneus semblant hs, il me propose la moto contre une modique somme sachant l'intérêt que je porte aux engins mécanique anciens.

Affaire conclue au grand dam de mon épouse qui par une belle journée de printemps 1997 me voyant arriver avec cette machine s'écrie "Mais qu'est-ce que tu vas faire avec ce tas de rouille et où tu vas mettre ça!". Réponse de ma part "ce n'est rien, je vais la nettoyer, et voir si je peux la remettre en route, je la rangerai sous l'arbre dans la cour et sous une bâche, on ne la verra pas!" Arrivée difficile mais finalement acceptée, le premier pas et pas des moindres était franchi.

S'en est suivi avec l'aide de mon fils Jérôme un premier bilan de l'état de cette moto. Elle semblait complète, rien ne manquait hormis une boîte à outils, des pneus à plats depuis longtemps et le verre de phare brisé. Après cela, nettoyage carbu, vérification du niveau d'huile, démontage bougie et un peu de dégrippant dans le cylindre car le moteur est collé. Pendant que ce produit agit, regonflage des pneus qui tiennent, préparation d'un petit réservoir avec un peu d'essence en vue de l'essai de mise en route si il y a de l'allumage. Puis deux heures plus tard, ni tenant plus, tentative de déblocage du moteur, celui-ci se décolle facilement finalement, il n'était que légèrement collé et l'action du dégrippant a facilité la tâche. Le volant magnétique donne une bonne étincelle à la bougie, plus rien ne s'oppose à la remise en route de ce moteur 4 temps culbuté, AMC (Ateliers de Mécanique du Centre) à allumage par volant magnétique, boîte 3 vitesses intégrée au bloc. DONC relativement moderne par sa conception (le moteur de ma Honda 125 cg de 1982 n'a rien de plus hormis la taille du volant magnétique). Comme quoi en 1951 on savait faire de bonnes choses en France.

Au 2ème coup de kick ça part, on procède à un rapide réglage du carbu pour le ralenti, bien sur un peu de fumée envahie la cour du pavillon, mais vite dissipée. Le bruit de ce moteur est agréable à entendre et fait penser à celui d'une grosse cylindrée mais le silencieux bien malade y est peut-être pour quelque chose. Nous ne menons pas notre mise en route trop logtemps car l'huile est celle d'origine, la journée bien avancée aussi. Nous garons donc sous notre arbre, la Guimbretière TYPE G87 portant sur les flancs de son réservoir, outre le nom de son assembleur Marcel Guimbretier en petit, celui en bien plus grand de Monneret ainsi que sur la plaque rouge fixée sur le garde-boue arrière l'adresse des trois magasins situés à Paris et à Montrouge.

Sur une année se suivra le démontage complet de cette moto, son décapage, sa remise en apprêt, le fastidieux mais indispensable ponçage de chaque élément, puis la remise en peinture conformément aux teintes d'origine, avec la confection des liserés et logos du réservoir d'essence préalablement traité à l'intérieur contre la corrosion, le remontage des rayons sur les jantes repeintes avec la pose des moyeux et tambours de freins dans le même temps qui ont bien sur été nettoyés, vérifiés, repeints préalablement. Aux moments diffiles, parfois de découragement devant certaines difficultés rencontrées ou tout simplement du manque de temps pour pouvoir s'occuper de la belle comme on le souhaiterait, petit à petit succède le plaisir de la voir se reconstituer et apparaître à nos yeux comme elle doit être c'est-à-dire une moto jolie et plaisante à regarder et non plus un tas de pièces plus ou moins bien entassées dans des caisses. Ça a pris du temps, mais le résultat est là aussi. Il aura aussi fallu faire une carte grise collection puisque le document d'origine était perdu depuis longtemps.

J'ai cherché et obtenu des renseignements sur Georges Monneret, ce célèbre champion motocycliste, sur Marcel Guimbretier aussi mais beaucoup moins hélas. Si quelqu'un peut fournir des renseignements sur ce constructeur assembleur je suis preneur de toute info le concernant.

Enfin et pour terminer cette histoire, cette moto roule régulièrement malgré que son moteur n'ai jamais été ouvert depuis 1951, n'ayant procédé qu'à un bon rinçage à l'essence de celui-ci sans démontage avant de le remettre dans son cadre.

581837 visiteurs
© Christian Boisson :: 2005 - 2018Page actualisée le 04/06/2006
XHTML 1.1  CSS 2